google04577ab73b243bac.html Les aventures du pêcheur...
Rechercher

Les aventures du pêcheur...

Avril 1989, en face des quais de la Barre, au beau milieu de la Garonne un brave retraité est en train de pêcher.

Cette fois-ci, ce n'est pas la grande joie pour lui: un blackbass est au fond de son seau. Le pêcheur commence à désespérer car il voyait déjà le moment, le soir, où avec sa femme il dégusterait plusieurs poissons. Eh bien non! Rien. Cela commence à devenir décourageant.

Il s'accorde encore un petit quart d'heure puis il rentrera à la maison quasi bredouille.



Tout à coup sa ligne se courbe, puis se tend terriblement et, chose incroyable, la petite barque en plastique avance toute seule!

"Mais bon sang, je n'ai tout de même pas une baleine au bout de ma ligne?" se dit le vieux monsieur. La barque continue d'avancer jusqu'à ce qu'elle s'arrête peu éloignée de la berge là où est immobilisée une grosse branche. Un autre pêcheur qui se trouvait non loin lui dit :"alors tu te fais bouger par un silure et pas un petit apparemment! T'as intérêt à couper ta ligne car il est sous la branche. C'est malin ces poissons-là et en plus c'est très gros( 100 kilos parfois )."


Notre brave retraité éberlué lui demande" mais c'est quoi un silure, je ne connais pas ce poisson là". Et oui, c'est quoi un silure? Pourquoi y en a-t-il dans la Garonne? 


La présence du poisson du genre Silurus en France date de 5 millions d'années. Les différents bassins français ont été colonisés à partir de 1970 et, pour la Garonne en 1989. Il résiste bien au manque d'oxygène et affectionne plutôt les eaux chaudes des fleuves. 

Une étude est en cours sur la Garonne, organisée par le laboratoire "Ecolab" de l'Université Paul Sabatier à Toulouse avec l'Union des Fédérations pour la pêche. Le but: savoir combien de ces poissons peuplent la Garonne et ses affluents.

Des pêcheurs amateurs participent à l' opération sur différents points géographiques. A chaque fois qu'ils sortent un silure de l'eau, ils doivent prélever un fragment de nageoire. Ces échantillons sont ensuite envoyés au Labo "Ecolab".


Heureusement ce poisson n'est pas classé "nuisible", de ce fait il est interdit de le laisser mourir dans l'herbe après l'avoir pêché. Il y a beaucoup de fantasmes qui ont entouré cet animal, surtout dans les années 90. Les poissons ravageurs ne sont pas forcément les plus gros. Par contre sa taille augmente d'année en année. La Fédération départementale de pêche de Lot et Garonne organise depuis 1977 le concours du plus gros poisson. La première année, le silure le plus gros mesurait "seulement" 1 mètre pour 102 kilos. Il dépassait les 2 mètres en 2008. Actuellement certains atteignent 2,60 mètres et 120 kilos. La population des silures se régule naturellement car les plus grands silures mangent parfois les plus petits.