google04577ab73b243bac.html Le canal latéral à la Garonne
Rechercher

Le canal latéral à la Garonne

Le canal latéral à Meilhan

Pourquoi sa construction ?


De Toulouse au confluent du Tarn et de la Garonne, le fleuve est torrentueux et rapide, ses rives souvent détériorées par les crues. Les barques qui arrivent à Toulouse par le Canal du Midi ne peuvent rejoindre Bordeaux. Il faut transborder leur chargement sur des bateaux à fond plat qui font souvent naufrage et les trajets sont longs et incertains.

L’édit de Louis XIV de 1666 ordonnait la construction du canal des deux mers, mais les finances ne permirent pas de dépasser Toulouse bien que Vauban estimât indispensable la prolongation du Canal du Midi jusqu’à Aiguillon, voire même La Réole. Les années passent et le projet reste dans les esprits.


De nombreux détracteurs du projet s’opposent à cette construction, penchant plutôt pour la canalisation de la Garonne. Ces partisans arguent du coût moins élevé des travaux rendant le fleuve parfaitement navigable. Au début du 19e siècle, des travaux se sont déjà révélés efficaces. En 1833, ils écrivent « De grands travaux ont été entrepris sur toute la ligne navigable de Bordeaux à Toulouse : les chemins de halage ont été réparés, les écueils ont disparu, des cannelles (passes) ont été ouvertes dans les maigres (eaux peu profondes), les bateaux ont pu, malgré l’extrême sécheresse dont nos contrées ont été frappées, disposer d’un mouillage de 0.60 mètre, à l’époque de l’étiage, là où ils n’avaient jamais eu 0.30 mètre de tirant d’eau. »


Mais les banques et maisons de commerce de Bordeaux dont la compagnie Magendie soutiennent le projet d’un canal, confié à Jean-Baptiste de Baudre.

Né en 1773, Jean-Baptiste de Baudre est ingénieur des Ponts et Chaussées. Après une carrière déjà longue, il est chargé en 1830 d’étudier un projet de canal latéral à la Garonne qui partira du bassin des Ponts Jumeaux à Toulouse où il rejoint le Canal du Midi, longera la rive droite de la Garonne qu’il rejoindra à Castets-en-Dorthe. Large de 18 mètres, deux mètres de profondeur, long de 193 km, 46 écluses compenseront la pente du terrain auxquelles s’ajouteront les 4 écluses accolées de descente à Castets. Le canal supprimera les transbordements, et la distance Bordeaux-Toulouse se fera en 3 ou 4 jours alors que la remonte par le fleuve en demande 12 ou 15.

D’un coût initialement prévu de 40 millions de francs pour une durée de 5 à 6 ans, les travaux commencent en 1839 pour se terminer en 1856 et un coût total de 60 millions de francs. De Baudre décèdera en 1850 sans voir achevé son ouvrage, mais grâce à lui, le transport de fret entre Méditerranée et Atlantique ne passera plus par le détroit de Gibraltar ni le contournement de la péninsule ibérique.


Nombreuses personnalités ont voyagé sur le canal entre deux mers. En 1701 le roi d’Espagne Philippe V, en 1777 Louis VIII qui est appelé ‘Monsieur’, 1787 le président américain Thomas Jefferson, le frère de Marie-Antoinette (nom et année inconnus), Napoléon III en 1808, Stendhal en 1838, l’émir Abd El-Kamar en 1848,…