google04577ab73b243bac.html
Rechercher

La crue? Je n'y ai pas crue!

Dans la décade de 1970, la Garonne ne se gênait pas pour se mettre en crue et elle s'allongeait sur la plaine autant qu'elle le voulait. Sur chaque axe routier figurait le panneau indicateur : Route inondée.

Une dame de Villeton négligea ce panneau et décida malgré tout de passer avec sa voiture. Par un méchant concours de circonstances, juste au moment où elle s'engagea la mate rompit sous la pression de l'eau. Bien entendu, la voiture fut emportée par Dame Garonne.

Le courant l'amena de plus en plus loin de Tonneins ; allait- elle se retrouver à Bordeaux ou transformer en sous-marin ? Par une chance incroyable un tronc flottant stoppa le véhicule, mettant un terme à sa stupide navigation involontaire.


Les pompiers mis au courant de la situation déployèrent d'ingéniosité et de courage. Ils eurent la surprise de trouver la voiture flottant encore ; sur le toit se tenait la conductrice accrochée désespérément à l'antenne de sa voiture. Amener cette personne à Tonneins ne fut pas chose facile pour nos téméraires pompiers. Après moult difficultés dues à la puissance du courant, tout le monde finit par arriver à "bon port" si l'on peut dire. Une fois à terre, elle grelottait tant et plus car Dame Garonne s'était chargée de bien la tremper. Il fallait à tout prix que quelqu'un s'en occupe afin qu'elle puisse se réchauffer pour ne pas attraper une pneumonie.

Fort heureusement, une personne charitable proposa de l'accompagner dans sa maison et de l'aider à se réchauffer. Elle lui demanda de se déshabiller. La naufragée accepta mais voulut garder ses sous-vêtements ; la salvatrice lui ordonna de les enlever ! L'infortunée maugréa mais finit par obéir. Elle demanda à être frictionnée à l'eau de Cologne. Sa soigneuse refusa et lui dit qu'elle exagérait. Comme il lui restait un peu d'eau de vie, elle la frotta avec énergie. Cette fois-ci la rescapée était revigorée! Par contre, son corps exhalait de fortes vapeurs d'alcool.


Soudain toc-toc, "Gendarmerie Nationale, veuillez ouvrir s' il vous plaît."

Notre "sauveteuse" ouvrit mais la "sauvée" était juste couverte par une grande serviette de bain.

Le brigadier dit " Madame, votre désobéissance au code de la route a engendré beaucoup de désagréments. Pourquoi avez-vous absolument voulu passer alors que le panneau indiquait ‘Route inondée’ ? "

La dame, sans se démonter, répliqua alors "Tout d'abord, j'avais un rendez- vous important à Tonneins et deuxièmement il n'y avait pas marqué ‘Route barrée’." Les deux gendarmes et la brave dame furent interloqués par cette réponse.

Les suites de ce non-respect du panneau furent lourdes de conséquences pour cette dame :

I) - Perte du véhicule

II) - Facture pour le repêchage de l'épave

III) - Perte du permis de conduire

IV) - Lourde amende

V) - Remboursement des frais pour la complexité du sauvetage.

Rendu saoul par les vapeurs d'eau de vie le chien de la propriétaire se mit à tituber, tituber.....